Déremboursement de l’homéopathie : une décision logique

50 121 187

Editorial du « Monde ». La maîtrise des dépenses de santé est un exercice difficile et impopulaire. Le gouvernement aurait pu, une fois de plus, miser sur un effet placebo pour s’attaquer au sujet. Il a préféré opter pour un traitement de choc. La ministre de la santé, Agnès Buzyn, a ainsi annoncé, mardi 9 juillet, que les médicaments homéopathiques allaient être totalement déremboursés au 1er janvier 2021. Cette décision, courageuse au regard des 10 % de Français qui ont recours à cette médecine alternative, tient à la fois de la rationalité scientifique et de la nécessité économique.

Lire aussi L’homéopathie va être progressivement déremboursée
Le plus étonnant est que le pays de Descartes et de Pascal ait pu se satisfaire pendant tant d’années d’une politique de remboursement unique au monde, qui défiait la rigueur scientifique la plus élémentaire. L’argument de base pour la prise en charge d’un médicament par la collectivité à travers l’Assurance-maladie consiste à démontrer son efficacité thérapeutique.

Lorsque, en 1984, la ministre de la santé de l’époque, Georgina Dufoix, décide d’accorder le remboursement à 65 % de l’homéopathie, la décision est prise sans évaluation scientifique préalable, mais essentiellement du fait de ses convictions personnelles sur le sujet. Son successeur, Jean-François Mattéi, n’avait fait que couper la poire en deux en baissant le taux de remboursement à 35 % en 2003.

Il aura donc fallu attendre trente-cinq ans pour que l’on sollicite la Commission de la transparence de la Haute Autorité de santé (HAS) afin d’établir officiellement que l’efficacité des médicaments homéopathiques n’est pas scientifiquement prouvée et que, donc, ils ne peuvent prétendre à être remboursés.

Réaffirmer certains principes
Cela ne veut pas dire que l’homéopathie soit inutile. Simplement, il y va des traitements comme de la température : il y a ce qui est mesuré scientifiquement et ce qui est ressenti de façon subjective. Il n’existe pas de preuves scientifiques de l’efficacité de l’homéopathie, bien que le vécu des patients utilisateurs puisse, de bonne foi, être positif.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.