Des députés LRM réclament des réponses sur le coût de la réforme des retraites

2 895 019

A cinq jours du début des débats en séance, à l’Assemblée nationale, sur le projet de loi réformant le système des retraites, la sérénité est loin d’être revenue dans la majorité. Dans une lettre adressée mardi 11 février au premier ministre, Edouard Philippe, et dont Le Monde a pu prendre connaissance, deux piliers La République en marche (LRM) de la commission des finances du Palais-Bourbon, Emilie Cariou (Meuse) et Laurent Saint-Martin (Val-de-Marne), listent les interrogations concernant les « mesures de compensations » envisagées pour accompagner la réforme pour les différentes populations concernées, et dont les modalités et le coût ne sont pas encore connus.

Montant et ciblage des compensations financières pour les enseignants et les chercheurs, impact des prélèvements de cotisations sur les primes des fonctionnaires (qui n’y étaient pas soumises auparavant), conséquence de la baisse de cotisations de l’Etat employeur pour l’aligner sur le régime universel, éventuels perdants, cas des avocats qui devraient bénéficier d’abattements spécifiques, répercussions sur les comptes de la Sécu… Pas moins d’une quinzaine de questions, aussi techniques que centrales. En effet, le passage à un système de retraite universelle doit modifier en profondeur les paramètres de calcul des pensions et des cotisations pour les salariés, mais aussi pour les fonctionnaires publics, les agents des collectivités territoriales ou encore les indépendants.

« Rien n’est clair »
Pour le moment, « c’est “tout va bien, Madame la Marquise”. Mais rien n’est clair, déplore Emilie Cariou, également porte-parole du groupe à la commission des finances de l’Assemblée. Certes, ce sont des sujets pour partie lointains, mais nous avons besoin des chiffres de l’économie globale de la réforme, sur ses impacts financiers et budgétaires. Cela va au-delà de la question de l’équilibre qui est discuté en conférence de financement. » « Rien qu’avec les questions de cette lettre, on est sûrement déjà sur un paquet de milliards », estime-t-elle.

« Le financement d’une telle réforme ne peut pas seulement se réfléchir par rapport à l’équilibre du système de retraites et de l’assurance-vieillesse. Se pose aussi la question plus globale du budget de l’Etat », indique Laurent Saint-Martin, nouveau rapporteur du budget depuis janvier. « Il s’agit toutefois de questions annexes, ce n’est donc pas la même temporalité », nuance-t-il.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.