Le duel entre Netflix et Disney s’invite à la cérémonie des Oscars, à Hollywood

2 895 033

The Irishman, de Martin Scorsese ? Jojo Rabbit, de Taika Waititi ? 1917, de Sam Mendes ? Qui remportera l’Oscar du meilleur film ? Autant que le palmarès de la 92e remise de prix de l’Académie des arts et sciences du cinéma, dimanche 9 février, à Hollywood (Los Angeles), l’industrie du cinéma ne va pas manquer d’analyser une autre performance : celle de Netflix. Le géant de la télévision à la demande, et producteur de The Irishman, est attaqué par un nombre croissant de concurrents, dont Disney, qui a lancé avec succès sa propre plate-forme de streaming, le 12 novembre 2019. En trois mois, Disney+ a déjà séduit 28 millions d’abonnés aux Etats-Unis, alors que Netflix, tout en gardant une supériorité écrasante (167 millions de clients dans le monde, dont 61 millions aux Etats-Unis), voit sa croissance plafonner.

Netflix essaie de conquérir Hollywood depuis des années. L’industrie, elle, lui reproche de mettre les salles de cinéma sur la paille en contournant les circuits classiques de distribution. En 2019, la plate-forme de Reed Hastings avait obtenu quinze nominations aux Oscars (deux fois plus qu’en 2018) et remporté trois statuettes pour Roma, dont celle de meilleur réalisateur, décernée à Alfonso Cuaron. Cette année, Netflix peut se flatter d’avoir reçu 24 nominations, devançant tous les studios hollywoodiens, et même Disney (23 nominations). Elle ambitionne de remporter enfin l’Oscar du meilleur film, pour la saga italo-irlandaise de Martin Scorsese (10 nominations).

La plate-forme entend bénéficier du renouvellement de l’Académie, rajeunie, plus diverse et moins hostile au streaming. Elle espère que les nouveaux membres contrebalanceront l’influence des puristes, qui considèrent la diffusion des films « d’abord sur l’Internet » comme un danger existentiel (et qui lui conseillent de frapper plutôt à la porte des Emmy Awards, les prix des professionnels de la télévision). Pour prétendre aux Oscars, la règle veut qu’un film soit présenté au moins pendant sept jours, et au moins trois fois par jour, dans une salle commerciale de Los Angeles.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.